* Bienvenue sur le site de SIDI-IDIR*/ مرحبا بكم
bienvenu cher(e) visiteur
ansuf yessek a yinebgui
مرحبا بك عزيزي الزائر
clock islamic
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ath ourtilane - azrew iflane 27 Mai 2015
Lun 22 Mai 2017 - 17:15 par AMAZIGH

» Ce que l’Islam peut apporter à la science moderne
Jeu 24 Mar 2016 - 22:54 par AMAZIGH

» La Naissance de l'Islam (Arte - Le Coran, aux Origines du Livre)
Jeu 24 Mar 2016 - 22:48 par AMAZIGH

» video drole de chute wallah tu va essaye de ne pas rire
Jeu 24 Mar 2016 - 22:22 par AMAZIGH

» elhadra a tawrirt
Jeu 24 Mar 2016 - 22:16 par AMAZIGH

» Jeunesse D'El Main a Tizi, ilamzayen n y Ilmayen g Tizi
Jeu 24 Mar 2016 - 22:04 par AMAZIGH

» El Main Sur Echourouk TV
Jeu 24 Mar 2016 - 22:00 par AMAZIGH

» video sidi idir Mai 2015
Jeu 24 Mar 2016 - 21:54 par AMAZIGH

» MATOUB LOUNES INEDIT(privé)1994
Jeu 24 Mar 2016 - 21:51 par AMAZIGH

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

infos bgayet
iphone
KABYLIE news
infos Algerie
EL-WATAN
compteur

Mouloud MAMMERI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mouloud MAMMERI

Message par Mouloud le Ven 28 Nov 2008 - 2:16

Mouloud MAMMERI


De forte personnalité, Mouloud Mammeri nous avait toujours
charmés par son élocution aisée, ses phrases coulantes, harmonieuses.
Ainsi, il était attaché au passé par son admiration pour les anciens,
par la force et la sincérité de son sentiment profond aux valeurs
ancestrales - universelles, par son souci d'être utile aux mœurs
et par certains aspects réalistes de son génie.


Mouloud Mammeri a vu le jour le 28 décembre 1917 à Taourirt-Mimoun
(At-Yenni, Tizi-Ouzou). Il fréquenta l'école primaire de son village
(école construite en 1883). "Je me souviens que j'allais à l'école
pieds nus dans la neige", raconte-t-il. A onze ans, il part chez son
oncle à Rabat et il entre au lycée Gouraud. De retour à Alger, quatre
ans plus tard, il est inscrit au lycée Bugeaud (actuellement Emir Abd
El Kader). Ensuite, c'est le lycée Louis Le Grand, à Paris. Il pense
alors à l'Ecole Normale Supérieure. Mobilisé en 1939, il est à l'école
militaire de Cherchell d'où il sort avec le grade d'aspirant de
réserve. Remobilisé en 1942, il participe aux compagnes d'Italie (mais
toutefois demeurant à Naples), de France et d'Allemagne. Au retour, il
passe le concours de professeur de lettres à Paris et se retrouve
enseigner les humanités et la littérature française aux lycées de Médéa
puis de Ben Aknoun. A partir de 1947-48, malgré les critiques, il anime
plusieurs conférences devant des auditoires constitués d'étudiants
algériens et nord-africains.

Puis éclate la guerre de Libération, Mouloud Mammeri met sa plume au
service de la révolution algérienne, dans un journal "L'Espoir
d'Algérie" (journal des libéraux algériens), et signant ses éditoriaux
du pseudonyme de Brahim Bouakkaz.
Il fera entendre la voix des Algériens opprimés au travers de lettres
adressées à la délégation du FLN à l'ONU (entre 1956-1957) sous le
pseudonyme de Kaddour, dans lesquelles il dénonce les exactions
coloniales. Durant la bataille d'Alger en 1957, M. Mammeri compose une
pièce de théâtre "Le fœhn" mais il est contraint de détruire son
manuscrit. Menacé de mort, trois membres de sa famille ayant déjà été
arrêtés, il quitte l'Algérie pour aller se réfugier au Maroc (voir à ce
propos : Tahar Oussedik : Si-Smaïl – SNED 1981, PP 94-143).

Franc-Tireur, 6 avril 1957, titre : "L'écrivain Mouloud Mammeri (sic)
aurait été arrêté à Alger le 15 avril". France-Soir publie une dépêche
: "On est toujours sans nouvelles de l'écrivain algérien Mouloud
Mammeri…", et Les lettres françaises, n° 667, du 18 au 24 avril 1957
(PP 1-5), titre : "Mais que signifie la recherche, par les
parachutistes, à son domicile algérien, d'un écrivain qu'on déclare
officiellement se trouver au Maroc ?".

En 1962, Mouloud Mammeri est professeur d'ethnographie à l'université
d'Alger où il enseigne en même temps le berbère (bien qu'aucun texte
officiel n'autorisât ce cours et qu'aucun texte ne l'interdît, "on" y
mit cependant fin en 1973).

Directeur du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et
ethnographiques (CRAPE) à Alger de 1969 à 1979, M. Mammeri a été
également à la tête de l'Union des écrivains algériens (la première,
fondée en 1963) jusqu'en 1966-67, malgré les critiques. Il déclare dans
Horizons du 23 janvier 1989 : "le jour où on est venu nous signifier
que nous étions une organisation de masse, j'ai quitté l'Union […]
Comment peut-on enfermer comme des moutons dans un parc des hommes et
des femmes qui ont chacun un visage, un nom, un cœur ?".

On sait, en effet, que depuis octobre 1988 ces "organisations de masse"
ont été dénoncées comme une "collectivisation de la pensée". Refusant
de se laisser encercler par les sorciers et les idéologues, il est donc
la cible d'une compagne de diffamation à laquelle il ne lui est pas
permis de répliquer par voie de presse (voir : Les donneurs de leçons,
in El-Moudjahid du 20 mars 1980). Mammeri fait parvenir une réponse que
le journal ne publiera jamais. Cette mise au point, publiée plus tard
par Le Matin de Paris – 1980 et Amazigh Revue (Rabat-Maroc) 1980, donne
des précisions relatives à l'interdiction par les autorités locales de
Tizi-Ouzou de la conférence qu'il devait donner à l'université de la
ville à l'initiative des étudiants sur "la poésie kabyle ancienne".

Militant activement pour la réappropriation de la culture amazighe, il
est attaqué avant et même après sa mort par des gens bornés qui font
courir sur son compte les calomnies les plus absurdes.

En 1985, il a lancé à Paris avec le soutien de Pierre Bourdieu le
Centre d'étude et de recherche amazighes (CERAM) et dirigé les Cahiers
d'études berbères Awal (n° 1, 1985 – 4 fascicules parus en fin d'année
1988) édités sous l'égide de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris.

Le 6 mai 1988, Mouloud Mammeri prononce un discours sous le titre : "Un
testament, peut-être…" lors de sa réception à l'université de Paris-X –
Nanterre comme docteur honoris causa. Il dit : " Les études pour
lesquelles j'étais venu portaient un nom qui a fini par avoir parfum de
vielle dentelle : Les 'Humanités' ".

Mouloud Mammeri s'éteint dans la nuit du 25 au 26 février 1989. Mouloud
Mammeri a été fidèle aux voix ancestrales, à l'"éternel Jugurtha" et
aux causes justes. Il a été, sa vie durant, un ardent défenseur et
illustrateur de la conscience amazighe, de la conscience nationale,
humaine même.

Traducteur des poèmes kabyles (les Isefra, poèmes de Si Mohand, 1969;
Poèmes kabyles anciens, 1980), il a entrepris des recherches sur les
parlers berbères et les traditions orales. Ses romans évoquent
l'évolution de son pays, à travers la guerre et le choc des
civilisations (la Colline oubliée, 1952; l'Opium et le Bâton, 1965; la
Traversée, 1982

Mouloud
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum