* Bienvenue sur le site de SIDI-IDIR*/ مرحبا بكم
bienvenu cher(e) visiteur
ansuf yessek a yinebgui
مرحبا بك عزيزي الزائر
clock islamic
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ath ourtilane - azrew iflane 27 Mai 2015
Lun 22 Mai 2017 - 17:15 par AMAZIGH

» Ce que l’Islam peut apporter à la science moderne
Jeu 24 Mar 2016 - 22:54 par AMAZIGH

» La Naissance de l'Islam (Arte - Le Coran, aux Origines du Livre)
Jeu 24 Mar 2016 - 22:48 par AMAZIGH

» video drole de chute wallah tu va essaye de ne pas rire
Jeu 24 Mar 2016 - 22:22 par AMAZIGH

» elhadra a tawrirt
Jeu 24 Mar 2016 - 22:16 par AMAZIGH

» Jeunesse D'El Main a Tizi, ilamzayen n y Ilmayen g Tizi
Jeu 24 Mar 2016 - 22:04 par AMAZIGH

» El Main Sur Echourouk TV
Jeu 24 Mar 2016 - 22:00 par AMAZIGH

» video sidi idir Mai 2015
Jeu 24 Mar 2016 - 21:54 par AMAZIGH

» MATOUB LOUNES INEDIT(privé)1994
Jeu 24 Mar 2016 - 21:51 par AMAZIGH

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland


Juillet 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

infos bgayet
iphone
KABYLIE news
infos Algerie
EL-WATAN
compteur

“On continuera la grève sauf si…”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

“On continuera la grève sauf si…”

Message par AMAZIGH le Jeu 4 Mar 2010 - 13:57


Les syndicats d’enseignants

“On continuera la grève sauf si…”
Le mouvement de grève dans le secteur de l’éducation est maintenu. Selon les syndicalistes autonomes, rien ne pourra entacher la détermination des enseignants sauf un dialogue et des vraies négociations avec les partenaires sociaux. En attendant, le ministère de l’Éducation et les syndicats campent sur leurs positions et le spectre de l’année blanche se précise de jour en jour. C’est l’incertitude totale dans les établissements scolaires. Le retard accumulé jusque-là sera difficile à rattraper, sachant que les enseignants ne comptent pas reprendre le chemin des classes tant que leurs revendications indissociables, selon eux, ne seront pas satisfaites. Le ministère de l’Éducation nationale, de son côté, refuse de céder estimant que le mouvement est “injustifié” et le dossier des régimes indemnitaires est clos. La tutelle a décidé également de passer aux sanctions en annulant les vacances de printemps, faisant des ponctions sur salaires et en actionnant la justice. Le bras de fer se durcit davantage et les deux parties ne semblent pas prêtes à faire des concessions. “On continuera notre mouvement sauf en cas d’ouverture de véritables négociations avec les syndicats autonomes et la concrétisation de nos revendications à savoir la refonte de la gestion des œuvres sociales, l’ouverture du dossier de la médecine du travail ainsi que l’intégration des indemnités proposées par la commission mixte”, tranche d’emblée Nouar Larbi, secrétaire général du Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest). Il explique que la grève est reconductible automatiquement chaque semaine sauf si la tutelle décide de faire un geste de réconciliation. “Les sanctions ne peuvent entacher la détermination des enseignants et nous sommes vraiment désolés pour les élèves. À chaque fois, nous interrompons notre mouvement pour sauver l’année scolaire, maintenant c’est à la tutelle de réagir et de prendre ses responsabilités”, a-t-il déclaré. Pour ce qui est de l’action en justice, les représentants des deux syndicats disent n’avoir reçu aucune notification du tribunal. “Nous sommes respectueux des lois de la République et nous allons exécuter la décision de justice, même si elle décrète l’arrêt du mouvement. Mais cela ne signifiera pas la fin de notre mouvement, nous déposerons d’autres préavis de grève et nous reprendrons notre action. Le mutisme et les sanctions de la tutelle ne résoudront pas la crise de l’éducation, bien au contraire”, a soutenu M. Chouguiat, chargé de communication de l’Union nationale du personnel de l’enseignement et de la formation (Unpef). Conséquence de ce bras de fer : l’année scolaire risque d’être compromise et le spectre d’une année blanche est de plus en plus menaçant. Entre-temps, les élèves et leurs parents affichent leur inquiétude, particulièrement les élèves des classes d’examens qui ont commencé à manifester leur mécontentement. Où est la solution ? Pour le moment, aucun des antagonistes ne semble vouloir faire le premier pas vers un dénouement de la crise. Les syndicalistes, pour leur part, demandent au président de la République d’intervenir. D’ailleurs, une lettre ouverte adressée au premier magistrat du pays a été déposée hier au bureau d’ordre de la Présidence à El-Mouradia.


avatar
AMAZIGH
Admin

Nombre de messages : 308
Age : 46
Points : 7207
Réputation : 4
Date d'inscription : 19/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sidiyidir.ahlamontada.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum